Les abeilles préfèrent les fleurs des champs. Vraiment?

Zone butinage centre-ville Genève 1

(English version below)
Des abeilles et des fleurs…. Cette image est bien ancrée dans l’esprit de la plupart d’entre nous. Il est donc naturel de penser que les abeilles préfèrent butiner des fleurs de plantes sauvages ou de culture. Qu’en est-il vraiment? 

Chaque année en fin de saison apicole, nous réalisons des analyses auprès d’un laboratoire reconnu afin de vérifier la qualité et la composition du miel produit sur le site de nos clients. Cette action nous permet également de mieux comprendre le comportement de nos abeilles domestiques en quête de nourriture.

Nos clients sont situés pour la plupart en zone urbaine et périurbaine de la région genevoise et du canton de Vaud. Comme l’an passé, l’analyse des miels démontre l’absence de nectars dominants (nectars dont le pourcentage est supérieur à 45%) chez un peu plus de la moitié de nos clients. Pour les autres, c’est le châtaignier qui occupe la première place, suivi du colza, plante de culture. Relevons aussi la présence d’une très grande variété de nectars d’accompagnement (<45%) dont les plus présents sont dans l’ordre: le tilleul, le marronnier, la vigne vierge, le châtaignier, l’érable et le troène.

Ces résultats nous conduisent à la conclusion que, mis à part le colza qu’elles vont butiner au printemps à l’extérieur de la ville, nos abeilles domestiques préfèrent butiner les fleurs et le miellat d’arbres et d’arbustes, situés dans un périmètre d’environ 3km de leur ruche, plutôt que de se nourrir de fleurs de plantes. De quoi rompre l’image de l’abeille et de sa fleur des champs! Ce choix est porté par des raisons de disponibilité de ressources en ville. Les arbres restent donc pour le moment la première ressource pour les abeilles urbaines en quête de nourriture.

L’analyse sensorielle a quant à elle révélé une prédominance de notes principalement boisées au niveau olfactif et tantôt boisées tantôt fruitées au niveau de la saveur.

Quant aux nectars insolites d’accompagnement, cette année, nous avons par exemple le bleuet, la renouée, le sarrasin (fagopyre), la centaurée et la vicia de la famille des Fabaceae (légumineuses).

Heureuse pollinisation en 2020!

BEES PREFER FIELD FLOWERS. DO THEY?

Bees and flowers… This image is well ingrained in the minds of most of us. It is therefore natural to think that bees prefer to forage for flowers of wild or cultivated plants. Is it really like it?

Every year at the end of the beekeeping season, we carry out analyses with a recognised laboratory in order to check the quality and composition of the honey produced at our customers’ sites. This action also allows us to better understand the behaviour of our bees in search for food.

Most of our clients are located in urban and suburban areas of the Geneva region and the canton of Vaud. As last year, the analysis of honeys shows the absence of dominant nectars (nectars with a percentage higher than 45%) in a little more than half of our customers. For the others, chestnut comes first, followed by rapeseed, a crop plant. There is also a wide variety of accompanying nectars (<45%), the most common being, in order of presence: linden, chestnut, Virginia creeper, sweet chestnut, maple and privet.

These results lead us to the conclusion that, apart from the rapeseed that they will forage in spring outside the city, our honey bees prefer to forage for flowers and honeydew from trees and shrubs, located within about 3km of their hive, rather than to feed on plant flowers. This breaks the image of the bee and its wildflower! This choice is made for reasons of availability of resources in the city. For the moment, trees remain the primary resource for urban bees in search for food.

The sensory analysis revealed a dominance of mainly woody notes at the olfactory level. At the taste level, notes are woody and fruity.

As for the unusual accompanying nectars, we find this year for example, blueberry, knotweed, buckwheat (fagopyre), centaury and vicia of the Fabaceae family (leguminous plants).

Happy pollination in 2020!